La Suisse à pied

Galerie de photos

Randonner dans les environs

ViaJura
ViaJura
Etape 6, Sornetan–Sonceboz
Tout montrer
Chemin des Anabaptistes
Chemin des Anabaptistes
Etape 1, Sonceboz-Sombeval–Sonceboz-Sombeval
Tout montrer

A vélo dans les environs

Lötschberg–Jura
Lötschberg–Jura
Etape 3, Biel/Bienne–Delémont
Tout montrer
Arc jurassien
Arc jurassien
Etape 3, Tramelan–Welschenrohr
Tout montrer

A VTT dans les environs

Chasseral–Weissenstein Bike
Chasseral–Weissenstein Bike
Tramelan Bike
Tavannes
Pierre Pertuis: en temps de crise

Pierre Pertuis: en temps de crise

A l’époque romaine, il existait déjà une voie de communication par le col du Pierre Pertuis. En 1745, le prince-évêque de Bâle y fit construire une route terrassée pour les diligences. Le développement du trafic motorisé exigea un réaménagement de la route en 1915 et en 1931/32.
Que font les Suisse par temps de crise? Ils construisent des routes. Sur le versant nord du col du Pierre Pertuis, l’armée, mobilisée pendant la Première Guerre mondiale, aménagea en 1915 la route cantonale actuelle. Les années de crise (1931 et 1932) virent la réalisation d’une nouvelle route sur le versant sud du col. La plaque métallique située en face de deux places de stationnement commémore cette construction: «TROISIEME ROUTE DE PIERRE-PERTUIS CONSTRUITE PAR DECRET DU GRAND CONSEIL PENDANT LES ANNEES DE CRISE 1931-1932».

La partie la plus intéressante de la route commence dans un large virage au-dessus de Sonceboz et parcourt le côté ensoleillé du vallon jusqu’au sommet du col. Dans sa partie médiane, la route de 1930 avec ses murs de soutènement et d’appui en aval ressemble à une route, telle qu'il en existe partout dans les Alpes. Le talus en amont est constitué en grande partie de plaques rocheuses. La route se caractérise également par la pose de bordurettes le long du tracé.

A Sonceboz, on peut découvrir une borne milliaire, déplacée de l’ancienne route à la route de 1930, avec l’inscription «X LIEUES DE BERNE». Sur la face arrière figure la même inscription en allemand, mais déjà bien désagrégée. A l’époque des premières routes carrossables dès 1742, les principaux chemins du canton de Berne étaient équipés de telles pierres, mais seulement dans le Jura dans les deux langues. Elles indiquaient la distance par rapport à la tour de Zytglogge à Berne.

Déjà à l’époque romaine, le col de Pierre Pertuis était franchi par une voie qui reliait le Plateau suisse à la région du Doubs et du Rhin. Elle servait d’axe transversal entre les voies romaines Avenches – Soleure – Augst et Besançon – Mandeure – Kembs.

Au 13ème siècle, des moines médiévaux découvrirent dans la roche au-dessus du pertuis une inscription en latin. Le célèbre historien et lauréat du prix Nobel de littérature Theodor Mommsen réussit à la déchiffrer lors de sa visite à Tavannes en 1853. L’inscription gravée env. 200 apr. J.-C., peut être traduite en français par: «A la divinité des Empereurs, cette route a été tracée par Marcus Dunius Paternus, co-gouverneur de la colonie des Helvètes», la colonie des Helvètes n’étant autre que la ville romaine d’Avenches.

Sur le territoire de la commune de Tavannes, au sud du village, le Service archéologique du canton de Berne a mis à jour une partie de la voie qu’il a datée du 1er siècle apr. J.-C. Les archéologues ont même pu démontrer que cette voie a continué à être utilisée et entretenue après l'effondrement de l’empire romain. Les chercheurs ont découvert des vestiges de travaux de réparation effectués entre le 6ème et le 9ème siècle apr. J.-C.
A l’époque romaine, il existait déjà une voie de communication par le col du Pierre Pertuis. En 1745, le prince-évêque de Bâle y fit construire une route terrassée pour les diligences. Le développement du trafic motorisé exigea un réaménagement de la route en 1915 et en 1931/32.
Que font les Suisse par temps de crise? Ils construisent des routes. Sur le versant nord du col du Pierre Pertuis, l’armée, mobilisée pendant la Première Guerre mondiale, aménagea en 1915 la route cantonale actuelle. Les années de crise (1931 et 1932) virent la réalisation d’une nouvelle route sur le versant sud du col. La plaque métallique située en face de deux places de stationnement commémore cette construction: «TROISIEME ROUTE DE PIERRE-PERTUIS CONSTRUITE PAR DECRET DU GRAND CONSEIL PENDANT LES ANNEES DE CRISE 1931-1932».

La partie la plus intéressante de la route commence dans un large virage au-dessus de Sonceboz et parcourt le côté ensoleillé du vallon jusqu’au sommet du col. Dans sa partie médiane, la route de 1930 avec ses murs de soutènement et d’appui en aval ressemble à une route, telle qu'il en existe partout dans les Alpes. Le talus en amont est constitué en grande partie de plaques rocheuses. La route se caractérise également par la pose de bordurettes le long du tracé.

A Sonceboz, on peut découvrir une borne milliaire, déplacée de l’ancienne route à la route de 1930, avec l’inscription «X LIEUES DE BERNE». Sur la face arrière figure la même inscription en allemand, mais déjà bien désagrégée. A l’époque des premières routes carrossables dès 1742, les principaux chemins du canton de Berne étaient équipés de telles pierres, mais seulement dans le Jura dans les deux langues. Elles indiquaient la distance par rapport à la tour de Zytglogge à Berne.

Déjà à l’époque romaine, le col de Pierre Pertuis était franchi par une voie qui reliait le Plateau suisse à la région du Doubs et du Rhin. Elle servait d’axe transversal entre les voies romaines Avenches – Soleure – Augst et Besançon – Mandeure – Kembs.

Au 13ème siècle, des moines médiévaux découvrirent dans la roche au-dessus du pertuis une inscription en latin. Le célèbre historien et lauréat du prix Nobel de littérature Theodor Mommsen réussit à la déchiffrer lors de sa visite à Tavannes en 1853. L’inscription gravée env. 200 apr. J.-C., peut être traduite en français par: «A la divinité des Empereurs, cette route a été tracée par Marcus Dunius Paternus, co-gouverneur de la colonie des Helvètes», la colonie des Helvètes n’étant autre que la ville romaine d’Avenches.

Sur le territoire de la commune de Tavannes, au sud du village, le Service archéologique du canton de Berne a mis à jour une partie de la voie qu’il a datée du 1er siècle apr. J.-C. Les archéologues ont même pu démontrer que cette voie a continué à être utilisée et entretenue après l'effondrement de l’empire romain. Les chercheurs ont découvert des vestiges de travaux de réparation effectués entre le 6ème et le 9ème siècle apr. J.-C.

Pierre Pertuis: en temps de crise

Adresse

Bundesinventar der historischen Verkehrswege der Schweiz (IVS)
www.ivs.admin.ch

Services

Lieux

Tavannes
Tavannes
Tout montrer

Randonner dans les environs

ViaJura
ViaJura
Etape 6, Sornetan–Sonceboz
Tout montrer
Chemin des Anabaptistes
Chemin des Anabaptistes
Etape 1, Sonceboz-Sombeval–Sonceboz-Sombeval
Tout montrer

A vélo dans les environs

Lötschberg–Jura
Lötschberg–Jura
Etape 3, Biel/Bienne–Delémont
Tout montrer
Arc jurassien
Arc jurassien
Etape 3, Tramelan–Welschenrohr
Tout montrer

A VTT dans les environs

Chasseral–Weissenstein Bike
Chasseral–Weissenstein Bike
Tramelan Bike