Randonnées hivernales

Galerie de photos

Arth
Goldauer Rigiweg (Goldau–Rigi Kulm)

Goldauer Rigiweg (Goldau–Rigi Kulm)

À côté des chemins «Arther» et «Weggiser Rigiweg», le «Goldauer Rigiweg» fait partie des voies historiques majeures de desserte du Rigi. Son côté «inoffensif» en fit une montagne pionnière très fréquentée par les touristes alpins dès le 18ème siècle.
Les pâturages du Rigi sont exploités depuis 7 siècles déjà. Ils sont mentionnés pour la première fois au 14ème siècle. La première chapelle d’alpage est érigée en 1556, à Kaltbad, en 1689 suit celle des vachers «ännet em Berg» (de l’autre côté de la montagne), à Klösterli, où s’établit tout d’abord un pèlerinage local.

Les premières descriptions des alpages et de la vie qu'on y mène apparaissent et font croître l'intérêt face à cet univers jusqu’ici hostile. Le tourisme commence et l’importance du pèlerinage croît avec lui, notamment jusqu’à Klösterli et sa chapelle «Kapelle Maria zum Schnee», agrandie par deux fois au début du 18ème siècle. À partir de 1715, l'hospice des capucins est occupé en été, puis toute l’année dès 1775. Depuis cette époque, le Rigi est entouré de chemins de montée empruntés non seulement par les vachers et leur bétail, mais aussi par les touristes et les pèlerins.

À la fin du 18ème siècle, le Rigi s’est métamorphosé en montagne européenne à la mode. Avec la construction de la première auberge, à Kulm, en 1816, l’avantage est définitivement donné au tourisme sur le pèlerinage. La reine Victoria elle-même s’y fait monter dans une chaise à porteurs. La construction des remontées mécaniques Arth-Rigibahn, en 1875, et Vitznau-Rigibahn, en 1871, déclenche le tourisme de masse moderne.
À côté des chemins «Arther» et «Weggiser Rigiweg», le «Goldauer Rigiweg» fait partie des voies historiques majeures de desserte du Rigi. Son côté «inoffensif» en fit une montagne pionnière très fréquentée par les touristes alpins dès le 18ème siècle.
Les pâturages du Rigi sont exploités depuis 7 siècles déjà. Ils sont mentionnés pour la première fois au 14ème siècle. La première chapelle d’alpage est érigée en 1556, à Kaltbad, en 1689 suit celle des vachers «ännet em Berg» (de l’autre côté de la montagne), à Klösterli, où s’établit tout d’abord un pèlerinage local.

Les premières descriptions des alpages et de la vie qu'on y mène apparaissent et font croître l'intérêt face à cet univers jusqu’ici hostile. Le tourisme commence et l’importance du pèlerinage croît avec lui, notamment jusqu’à Klösterli et sa chapelle «Kapelle Maria zum Schnee», agrandie par deux fois au début du 18ème siècle. À partir de 1715, l'hospice des capucins est occupé en été, puis toute l’année dès 1775. Depuis cette époque, le Rigi est entouré de chemins de montée empruntés non seulement par les vachers et leur bétail, mais aussi par les touristes et les pèlerins.

À la fin du 18ème siècle, le Rigi s’est métamorphosé en montagne européenne à la mode. Avec la construction de la première auberge, à Kulm, en 1816, l’avantage est définitivement donné au tourisme sur le pèlerinage. La reine Victoria elle-même s’y fait monter dans une chaise à porteurs. La construction des remontées mécaniques Arth-Rigibahn, en 1875, et Vitznau-Rigibahn, en 1871, déclenche le tourisme de masse moderne.

Goldauer Rigiweg (Goldau–Rigi Kulm)

Adresse

Bundesinventar der historischen Verkehrswege der Schweiz (IVS)
www.ivs.admin.ch

Services

Lieux

Arth-Goldau
Arth-Goldau
Tout montrer