Wanderland

Wegreportage
18 Fotos

18_WL_005_RB_03-06_M.jpg

Dieser Reisebericht liegt an:

ViaGottardo route-07
ViaGottardo
Basel–Chiasso
Zur Route
Alpenpanorama-Weg route-03
Alpenpanorama-Weg
Rorschach–Genève
Zur Route
Jura-Höhenweg route-05
Jura-Höhenweg
Dielsdorf–Nyon
Zur Route
Triple traversée de la Suisse par les itinéraires 7, 3 et 5 d’avril 2019 à août 2021

Triple traversée de la Suisse par les itinéraires 7, 3 et 5 d’avril 2019 à août 2021

Tout a commencé le 7 avril 2019, par un samedi maussade – et l’envie, malgré tout, de « faire quelque chose de ma journée ».
C’est ainsi qu’en cherchant une idée de randonnée dans la région de Bâle – pas trop loin de chez moi mais assez pour que je ne connaisse pas déjà toutes les balades dans le coin –, j’ai trouvé un sentier reliant les deux chefs-lieux bâlois, et qui s’avérait être le premier tronçon de l’itinéraire national n° 7. Au départ de l’étape, je n’envisageais pas du tout de parcourir ce chemin dans son intégralité. C’est dans le train du retour que l’idée a germé.
Bonne marcheuse mais sans préparation particulière, je me suis fixé ce défi et, à partir de là, ai consacré tous mes week-ends libres à cette entreprise. Le plus souvent seule, quelques rares fois accompagnée de membres de la famille, j’ai donc enchaîné les étapes et les kilomètres : Liestal, Läufelfingen, Zofingue, Sursee, puis déjà Lucerne… avec des chutes de neige et de grêle un 5 mai (!), le Lac des Quatre-Cantons (traversé en bateau), Flüelen, Erstfeld, Wassen. Le col du Gothard (2100 m) s’approchait, il était prévu pour le congé de l’Ascension. C’était sans compter sur les grandes quantités de neige qui recouvraient encore le sentier de randonnée ce printemps-là. Mais il en aurait fallu davantage pour me faire renoncer, maintenant que j’étais lancée ! Ne voulant cependant pas perdre de vue l’aspect symbolique de cet axe de transit mythique, j’ai décidé de continuer… depuis la fin (Chiasso), puis de remonter tout le Tessin via Brusino-Arsizio, Lugano, Bellinzone, Biasca, Lavorgo, Airolo et de terminer l’itinéraire par le franchissement du col. Ce fut chose faite le 4 août 2019, au terme de 14 étapes et 306 kilomètres à pied.

Le 25 août 2019, je me suis rendue à Rorschach, au bord du lac de Constance, pour y visiter une exposition de sculptures de sable dont avait parlé le journal. Cela tombait bien : c’est aussi de Rorschach que part l’itinéraire national n° 3. Là encore, je n’avais alors que le projet d’enchaîner, après l’exposition, avec une balade de 18 kilomètres jusqu’à Trogen…
Mais finalement, pourquoi ne pas continuer ? Si j’avais traversé la Suisse du nord au sud, je pouvais bien tenter l’axe est-ouest, certes bien plus long…
Appenzell, Stein, Ziegelbrücke, Siebnen… et, en novembre, la première neige dès 1000 m sur les collines schwytzoises au-dessus d’Einsiedeln. Mais l’hiver sinon très doux, cette année-là, m’a permis de poursuivre même en décembre, janvier et février – vers Unterägeri, Cham, Lucerne, Wolhusen – pour être aux portes de l’Entlebuch au début… du premier confinement. Dès que les trains ont repris du service, je me suis remise en marche : Lüderenalp, Grosshöchstetten, Rüeggisberg, Zollhaus, Im Fang, Gruyères, Blonay avec la vue sur le lac Léman depuis les Pléiades – un grand moment d’émotion –, Lausanne, Buchillon, Nyon et enfin l’arrivée triomphale à Genève le 22 août 2020, après 22 étapes et 500 kilomètres de marche.

Je me suis dit alors que cette fois, c’était fini. Sauf que ma fille, très fière de moi, m’a suggéré de me lancer sur l’itinéraire n° 5, qui commence à une quinzaine de kilomètres de la maison, et dont j’avais déjà parcouru maintes fois le tronçon menant au Burghorn, mais jamais la première étape en entier…
Quand je suis partie de Dielsdorf pour Brugg le 14 octobre 2020, ce n’était donc plus pour une simple balade, mais bien avec Nyon pour ultime objectif. Et le Benkerjoch, Hauenstein, Balstahl, le Weissenstein comme étapes intermédiaires. Puis l’hiver est arrivé. Bien plus rude que le précédent, il m’a imposé une pause de plusieurs mois à partir de Frinvillier, et quand j’ai repris le sentier pour rallier le Chasseral, fin mars, les deux tiers de l’étape se sont faits dans la neige – en partie même sur la piste de fond encore tracée ! Ce n’est qu’en mai, lorsque le bus montant au col circulait à nouveau et que la neige avait fondu pour de bon, que j’ai pu continuer sur la Vue des Alpes, Noiraigue (et le spectaculaire Creux du Van), Ste-Croix, Vallorbe, Le Pont, le col du Marchairuz, St-Cergue et enfin Nyon, à l’autre extrémité de la chaîne du Jura, le 22 août 2021, après 15 étapes et 324 kilomètres.

Grâce à l’excellent balisage tout au long des trois parcours et à l’app SuisseMobile installée sur mon smartphone, je ne me suis, à quelques exceptions près, pas égarée ni ne me suis retrouvée en situation délicate. Je ne devais planifier soigneusement mes étapes que pour m’assurer de pouvoir rentrer à bon port une fois la marche terminée. Lorsque la logistique (transports publics et/ou possibilité d’hébergement si je prévoyais un week-end entier) le permettait, j’en ai rallongé certaines que je trouvais un peu courtes à mon goût. Ce n’était cependant pas chose aisée sur l’itinéraire du Jura, qui ne traverse que peu de villages ;).

Ces périples m’ont amenée loin, très loin. Géographiquement, bien sûr, mais aussi personnellement. J’ai découvert en moi une volonté et des ressources insoupçonnées. Il m’était impensable, une fois lancée, de ne pas arriver au bout. Et après le premier itinéraire, j’ai réalisé qu’il n’était finalement pas nécessaire de traverser l’Australie à vélo pour accomplir de grandes choses.
C’est le message que je souhaite faire passer avec ce récit qui, je l’espère, encouragera tous les marcheurs confirmés ou en devenir à partir à la découverte de l’un – ou de plusieurs – des sept itinéraires nationaux, comme je l’ai fait le 7 avril 2019 !
Légende des photos
Via Gottardo

Photo 1 :
Pique-nique traditionnel emporté sur toutes les étapes de mes randonnées (plus une gourde d’eau !)

Photo 2 :
Paysage hivernal sur les hauteurs du lac de Sempach, étape Sursee-Lucerne (5.5.2019)

Photo 3 :
Chat tessinois, étape Chiasso-Brusino-Arsizio (30.5.2019)

Photo 4 :
Mission accomplie – le Gothard est franchi !, étape Airolo-Wassen (4.8.2019)
Chemin panoramique alpin

Photo 1 :
Festival de sculptures de sable à Rorschach, étape Rorschach-Trogen (25.8.2019)

Photo 2 :
Neige au sommet du Stöcklichrüz (1250 m), étape Siebnen-Einsiedeln (20.11.2019)

Photo 3 :
Fleurs des champs sur les hauteurs des Paccots, étape Gruyères-Blonay (30.5.2020)

Photo 4 :
Nostalgie à Allaman, étape Buchillon-Nyon (12.7.2020)

Photo 5 :
2e traversée terminée !, étape Nyon-Genève (22.8.2020)
Crêtes du Jura

Photo 1 :
Pissenlits géants sur les hauteurs de Baden, étape Dielsdorf-Brugg (14.10.2020)

Photo 2 :
Vue de la télécabine descendant du Weissenstein, étape Balsthal-Weissenstein (22.11.2020)

Photo 3 :
entier de randonnée et piste de fond ne font qu’un, étape Frinvillier-Chasseral (28.3.2021)

Photo 4 :
Flanc de colline recouvert de jonquilles sauvages, étape Vue des Alpes-Noiraigue (9.5.2021)

Photo 5 :
Bouquetin au Creux du Van, étape Noiraigue-Ste-Croix (23.5.2021)

Photo 6 :
3e itinéraire bouclé !, étape St-Cergue-Nyon (22.8.2021)
Tout a commencé le 7 avril 2019, par un samedi maussade – et l’envie, malgré tout, de « faire quelque chose de ma journée ».
C’est ainsi qu’en cherchant une idée de randonnée dans la région de Bâle – pas trop loin de chez moi mais assez pour que je ne connaisse pas déjà toutes les balades dans le coin –, j’ai trouvé un sentier reliant les deux chefs-lieux bâlois, et qui s’avérait être le premier tronçon de l’itinéraire national n° 7. Au départ de l’étape, je n’envisageais pas du tout de parcourir ce chemin dans son intégralité. C’est dans le train du retour que l’idée a germé.
Bonne marcheuse mais sans préparation particulière, je me suis fixé ce défi et, à partir de là, ai consacré tous mes week-ends libres à cette entreprise. Le plus souvent seule, quelques rares fois accompagnée de membres de la famille, j’ai donc enchaîné les étapes et les kilomètres : Liestal, Läufelfingen, Zofingue, Sursee, puis déjà Lucerne… avec des chutes de neige et de grêle un 5 mai (!), le Lac des Quatre-Cantons (traversé en bateau), Flüelen, Erstfeld, Wassen. Le col du Gothard (2100 m) s’approchait, il était prévu pour le congé de l’Ascension. C’était sans compter sur les grandes quantités de neige qui recouvraient encore le sentier de randonnée ce printemps-là. Mais il en aurait fallu davantage pour me faire renoncer, maintenant que j’étais lancée ! Ne voulant cependant pas perdre de vue l’aspect symbolique de cet axe de transit mythique, j’ai décidé de continuer… depuis la fin (Chiasso), puis de remonter tout le Tessin via Brusino-Arsizio, Lugano, Bellinzone, Biasca, Lavorgo, Airolo et de terminer l’itinéraire par le franchissement du col. Ce fut chose faite le 4 août 2019, au terme de 14 étapes et 306 kilomètres à pied.

Le 25 août 2019, je me suis rendue à Rorschach, au bord du lac de Constance, pour y visiter une exposition de sculptures de sable dont avait parlé le journal. Cela tombait bien : c’est aussi de Rorschach que part l’itinéraire national n° 3. Là encore, je n’avais alors que le projet d’enchaîner, après l’exposition, avec une balade de 18 kilomètres jusqu’à Trogen…
Mais finalement, pourquoi ne pas continuer ? Si j’avais traversé la Suisse du nord au sud, je pouvais bien tenter l’axe est-ouest, certes bien plus long…
Appenzell, Stein, Ziegelbrücke, Siebnen… et, en novembre, la première neige dès 1000 m sur les collines schwytzoises au-dessus d’Einsiedeln. Mais l’hiver sinon très doux, cette année-là, m’a permis de poursuivre même en décembre, janvier et février – vers Unterägeri, Cham, Lucerne, Wolhusen – pour être aux portes de l’Entlebuch au début… du premier confinement. Dès que les trains ont repris du service, je me suis remise en marche : Lüderenalp, Grosshöchstetten, Rüeggisberg, Zollhaus, Im Fang, Gruyères, Blonay avec la vue sur le lac Léman depuis les Pléiades – un grand moment d’émotion –, Lausanne, Buchillon, Nyon et enfin l’arrivée triomphale à Genève le 22 août 2020, après 22 étapes et 500 kilomètres de marche.

Je me suis dit alors que cette fois, c’était fini. Sauf que ma fille, très fière de moi, m’a suggéré de me lancer sur l’itinéraire n° 5, qui commence à une quinzaine de kilomètres de la maison, et dont j’avais déjà parcouru maintes fois le tronçon menant au Burghorn, mais jamais la première étape en entier…
Quand je suis partie de Dielsdorf pour Brugg le 14 octobre 2020, ce n’était donc plus pour une simple balade, mais bien avec Nyon pour ultime objectif. Et le Benkerjoch, Hauenstein, Balstahl, le Weissenstein comme étapes intermédiaires. Puis l’hiver est arrivé. Bien plus rude que le précédent, il m’a imposé une pause de plusieurs mois à partir de Frinvillier, et quand j’ai repris le sentier pour rallier le Chasseral, fin mars, les deux tiers de l’étape se sont faits dans la neige – en partie même sur la piste de fond encore tracée ! Ce n’est qu’en mai, lorsque le bus montant au col circulait à nouveau et que la neige avait fondu pour de bon, que j’ai pu continuer sur la Vue des Alpes, Noiraigue (et le spectaculaire Creux du Van), Ste-Croix, Vallorbe, Le Pont, le col du Marchairuz, St-Cergue et enfin Nyon, à l’autre extrémité de la chaîne du Jura, le 22 août 2021, après 15 étapes et 324 kilomètres.

Grâce à l’excellent balisage tout au long des trois parcours et à l’app SuisseMobile installée sur mon smartphone, je ne me suis, à quelques exceptions près, pas égarée ni ne me suis retrouvée en situation délicate. Je ne devais planifier soigneusement mes étapes que pour m’assurer de pouvoir rentrer à bon port une fois la marche terminée. Lorsque la logistique (transports publics et/ou possibilité d’hébergement si je prévoyais un week-end entier) le permettait, j’en ai rallongé certaines que je trouvais un peu courtes à mon goût. Ce n’était cependant pas chose aisée sur l’itinéraire du Jura, qui ne traverse que peu de villages ;).

Ces périples m’ont amenée loin, très loin. Géographiquement, bien sûr, mais aussi personnellement. J’ai découvert en moi une volonté et des ressources insoupçonnées. Il m’était impensable, une fois lancée, de ne pas arriver au bout. Et après le premier itinéraire, j’ai réalisé qu’il n’était finalement pas nécessaire de traverser l’Australie à vélo pour accomplir de grandes choses.
C’est le message que je souhaite faire passer avec ce récit qui, je l’espère, encouragera tous les marcheurs confirmés ou en devenir à partir à la découverte de l’un – ou de plusieurs – des sept itinéraires nationaux, comme je l’ai fait le 7 avril 2019 !
Légende des photos
Via Gottardo

Photo 1 :
Pique-nique traditionnel emporté sur toutes les étapes de mes randonnées (plus une gourde d’eau !)

Photo 2 :
Paysage hivernal sur les hauteurs du lac de Sempach, étape Sursee-Lucerne (5.5.2019)

Photo 3 :
Chat tessinois, étape Chiasso-Brusino-Arsizio (30.5.2019)

Photo 4 :
Mission accomplie – le Gothard est franchi !, étape Airolo-Wassen (4.8.2019)
Chemin panoramique alpin

Photo 1 :
Festival de sculptures de sable à Rorschach, étape Rorschach-Trogen (25.8.2019)

Photo 2 :
Neige au sommet du Stöcklichrüz (1250 m), étape Siebnen-Einsiedeln (20.11.2019)

Photo 3 :
Fleurs des champs sur les hauteurs des Paccots, étape Gruyères-Blonay (30.5.2020)

Photo 4 :
Nostalgie à Allaman, étape Buchillon-Nyon (12.7.2020)

Photo 5 :
2e traversée terminée !, étape Nyon-Genève (22.8.2020)
Crêtes du Jura

Photo 1 :
Pissenlits géants sur les hauteurs de Baden, étape Dielsdorf-Brugg (14.10.2020)

Photo 2 :
Vue de la télécabine descendant du Weissenstein, étape Balsthal-Weissenstein (22.11.2020)

Photo 3 :
entier de randonnée et piste de fond ne font qu’un, étape Frinvillier-Chasseral (28.3.2021)

Photo 4 :
Flanc de colline recouvert de jonquilles sauvages, étape Vue des Alpes-Noiraigue (9.5.2021)

Photo 5 :
Bouquetin au Creux du Van, étape Noiraigue-Ste-Croix (23.5.2021)

Photo 6 :
3e itinéraire bouclé !, étape St-Cergue-Nyon (22.8.2021)

Dieser Reisebericht liegt an:

ViaGottardo route-07
ViaGottardo
Basel–Chiasso
Zur Route
Alpenpanorama-Weg route-03
Alpenpanorama-Weg
Rorschach–Genève
Zur Route
Jura-Höhenweg route-05
Jura-Höhenweg
Dielsdorf–Nyon
Zur Route